Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/dansnosh/public_html/config/ecran_securite.php on line 283
le loup déguisé en agneau

suivez-nous ! sur facebook sur twitter flux rss

le loup déguisé en agneau

Lizzie Crowdagger

le 21 janvier 2017

Les premières pages du nouveau roman de Lizzie Crowdagger, Enfants de Mars et de Vénus, qui paraît le 23 février prochain.

Alys s’est retournée vers moi. Elle avait l’air sincèrement surprise par ma trahison. Elle a passé une main dans ses longs cheveux, sans doute pour se donner une vague contenance plus qu’autre chose. À cause de ses menottes, le geste avait quelque chose de bizarre.

Ses yeux fixaient le canon du .44 magnum que je pointais vers elle.

« Lev… » a-t-elle imploré.

Elle guettait sur mon visage une émotion particulière, le signe que je m’apprêtais à flancher ; mais je me suis contentée de sourire.

« Je t’avais dit de ne pas me faire confiance. Et puis, tu croyais quoi ? Que j’étais vraiment amoureuse d’un travelo ? »

J’espérais que mon air négligent masquerait mon manque d’assurance. Il faut dire que mon retournement de veste avait plus à voir avec un gros paquet de biftons et une carte chance « sortez de prison », mais je préférais encore jouer à l’enflure macho qu’admettre ça. Ou peut-être que c’était juste le flingue de l’inspecteur Harry qui réveillait en moi des relents de beaufitude.

Alys a soupiré, puis a plongé sa main dans la poche de sa veste. Je n’ai pas tressailli : je savais qu’elle n’avait plus d’arme sur elle. Elle a sorti une cigarette et me l’a montrée d’un air interrogateur.

Une condamnée à mort avait bien droit à une dernière clope, pas vrai ? C’était la règle. Je lui ai fait un petit signe de tête, puis ai attrapé le Zippo dans la poche de mon blouson, tout en tenant le lourd revolver de l’autre main.

Je lui ai lancé le briquet, qu’elle a attrapé d’un geste gracile malgré les menottes. Après quoi elle a allumé sa cigarette sans se presser.

« Alors, c’est la même vieille histoire ? a-t-elle demandé entre deux bouffées de tabac.

— Quelle histoire ?

— L’histoire du mec qui tue une transsexuelle à cause de ce qu’elle a entre les jambes, parce qu’il y a tromperie sur la marchandise. »

Je suis restée silencieuse quelques instants. Je la trouvais quand même un peu injuste, sur ce coup-là. Peut-être parce que j’avais l’impression que la tromperie était plutôt de mon côté.

Cela dit, si j’avais été sur le point de me faire descendre, j’aurais aussi sorti des vacheries. Je pense même que j’aurais été beaucoup plus vulgaire ; mais Alys avait toujours été plus classieuse que moi.

« Je ne suis pas un mec, ai-je finalement répondu.

— Non, a-t-elle admis, mais c’est le même schéma narratif. »

J’ai haussé les épaules. Peut-être qu’elle avait raison. Peut-être pas. Ça ne changerait pas grand-chose, au final.

« Est-ce que tu as autre chose à dire ? ai-je demandé en armant le revolver. Ce serait con que tes deux derniers mots soient schéma narratif… »

Elle a acquiescé de la tête, inspiré une dernière bouffée de tabac, et jeté sa cigarette par terre. Puis elle m’a regardée dans les yeux et elle a dégluti.

« Je t’aime », a-t-elle dit.

J’ai hoché la tête avant de lever mon arme vers elle.

« Moi pas », ai-je menti en appuyant sur la détente.

Il y a eu une détonation assourdissante, une explosion de sang, et Alys s’est écroulée par terre, sans vie.